Cabinet dentaire

Quels sont les ingrédients des écrans solaires qui sont nocifs ? L’oxybenzone est l’un de ces…

Quels sont les ingrédients des écrans solaires qui sont nocifs ? L’oxybenzone est l’un de ces… – Nouvelle mise à jour 2023

Nous sommes un petit groupe de professionnels dentaires passionnés qui écrivons des articles pour le public depuis plus de 10 ans. Notre mission est de fournir des informations précises et à jour sur la santé bucco-dentaire afin que les gens puissent prendre des décisions éclairées concernant leurs soins dentaires.
Nous savons qu’une excellente santé bucco-dentaire est essentielle pour la santé et le bien-être en général, et nous nous engageons à aider nos lecteurs à atteindre et à maintenir des dents et des gencives saines.




Un ingrédient de protection solaire courant mais controversé, dont on pense qu’il nuit aux coraux, pourrait le faire en raison d’une réaction chimique qui l’amène à endommager les cellules en présence de rayons ultraviolets.

Les chercheurs ont découvert que les anémones de mer, qui sont semblables aux coraux, rendent la molécule d’oxybenzone soluble dans l’eau en y ajoutant un sucre. Par inadvertance, l’oxybenzone devient une molécule qui, au lieu de bloquer les rayons UV, est activée par la lumière du soleil pour produire des radicaux libres qui peuvent blanchir et tuer les coraux. « Cette voie métabolique censée être détoxifiante produit en fait une toxine », explique Djordje Vuckovic, ingénieur en environnement à l’université de Stanford en Californie, qui faisait partie de l’équipe de recherche. Les animaux « convertissent un écran solaire en quelque chose qui est essentiellement l’opposé d’un écran solaire ».

8787dsfjkd
L’oxybenzone est l’un des ingrédients actifs courants des écrans solaires vendus aux États-Unis. La FDA affirme qu’il est sans danger. Mais certains groupes environnementaux et de santé considèrent l’oxybenzone comme potentiellement dangereux pour certaines personnes et pour l’environnement. En effet, certaines études ont montré que l’oxybenzone peut provoquer des allergies cutanées. Il est considéré comme un irritant oculaire dangereux et, en tant qu’allergène, il est également connu pour provoquer des allergies cutanées. En tant que perturbateur hormonal pour le corail, il provoque également des perturbations hormonales chez l’homme, affectant la production d’œstrogènes en particulier chez les femmes et la production de testostérone chez les hommes.

L’oxybenzone est l’agent de protection solaire présent dans de nombreuses crèmes solaires. Sa structure chimique lui permet d’absorber les rayons UV, empêchant ainsi les cellules de la peau d’être endommagées. Mais il a suscité la controverse ces dernières années après que des études ont montré qu’il pouvait endommager l’ADN des coraux, interférer avec leur système endocrinien et provoquer des déformations chez leurs larves.2. Ces préoccupations ont conduit certaines plages d’Hawaï, de Palau et des îles Vierges américaines à interdire les écrans solaires contenant de l’oxybenzone. L’année dernière, les Académies nationales américaines des sciences, de l’ingénierie et de la médecine ont réuni un comité chargé d’examiner les données scientifiques sur les produits solaires dans les écosystèmes aquatiques ; son rapport est attendu dans les prochains mois.

La dernière étude, publiée le 5 mai dans Science1souligne que peu de recherches ont été menées sur les effets potentiellement toxiques des sous-produits de certaines substances contenues dans les écrans solaires, explique Brett Sallach, spécialiste de l’environnement à l’université de York, au Royaume-Uni. « Il est important de suivre non seulement le composé parent, mais aussi ces composés transformés qui peuvent être toxiques », dit-il. « D’un point de vue réglementaire, nous avons très peu de connaissances sur les produits transformés qui existent et leurs effets sur l’environnement. »

Mais d’autres facteurs menacent également la santé des récifs coralliens, notamment le changement climatique, l’acidification des océans, la pollution côtière et la surpêche qui appauvrit les membres clés des écosystèmes des récifs. L’étude ne montre pas où se situe l’oxybenzone dans cette liste.

Mer simulée

Pour comprendre les effets de l’oxybenzone, M. Vuckovic, l’ingénieur en environnement William Mitch de Stanford et leurs collègues se sont tournés vers les anémones de mer, qui sont étroitement liées aux coraux et abritent de la même manière des algues symbiotiques qui leur donnent leur couleur.

Les chercheurs ont exposé des anémones avec et sans algues à l’oxybenzone dans de l’eau de mer artificielle, et les ont éclairées avec de la lumière – y compris le spectre UV – qui imitait le cycle de 24 heures de la lumière du soleil. Tous les animaux exposés à la fois au produit chimique et à la lumière du soleil sont morts dans les 17 jours. Mais ceux exposés à la lumière du soleil sans oxybenzone ou à l’oxybenzone sans lumière UV ont survécu.

L’oxybenzone seule ne produisait pas de molécules réactives dangereuses lorsqu’elle était exposée à la lumière du soleil, comme on s’y attendait, et les chercheurs ont donc pensé que la molécule pouvait être métabolisée d’une manière ou d’une autre. Lorsqu’ils ont analysé les tissus des anémones, ils ont constaté que le produit chimique lié aux sucres s’y accumulait, où il déclenchait la formation de radicaux libres à base d’oxygène, mortels pour les coraux. « La compréhension de ce mécanisme pourrait permettre d’identifier des molécules de protection solaire sans cet effet », explique Mitch.

La forme liée au sucre de l’oxybenzone s’est accumulée à des niveaux plus élevés dans les algues symbiotiques que dans les cellules des anémones. Les anémones de mer dépourvues d’algues sont mortes environ une semaine après avoir été exposées à l’oxybenzone et à la lumière du soleil, contre 17 jours pour celles qui étaient pourvues d’algues. Cela suggère que les algues ont protégé les animaux des effets nocifs de l’oxybenzone.

Les coraux qui ont été soumis à des facteurs de stress environnementaux tels que les changements de température sont souvent blanchis, perdant leurs algues symbiotiques. « S’ils sont affaiblis dans cet état, l’augmentation de la température de l’eau de mer ou l’acidification des océans pourraient les rendre plus sensibles à ces contaminants locaux d’origine anthropique », explique Mitch.

Un plus grand danger

Il est difficile de savoir dans quelle mesure ces études en laboratoire reproduisent la réalité des écosystèmes des récifs. La concentration d’oxybenzone dans un récif corallien peut varier considérablement, en fonction de facteurs tels que l’activité touristique et les conditions de l’eau. M. Sallach souligne que les concentrations utilisées dans l’étude correspondent davantage à une « exposition au pire » qu’à des conditions environnementales normales.

L’étude manque de « réalisme écologique », convient Terry Hughes, biologiste marin à l’université James Cook de Townsville, en Australie. Les épisodes de blanchiment du corail sur la Grande Barrière de corail australienne, par exemple, ont été liés plus étroitement aux tendances de la température de l’eau qu’aux changements de l’activité touristique. « Le blanchiment massif se produit indépendamment de l’endroit où se trouvent les touristes », explique M. Hughes. « Même les récifs les plus éloignés et les plus vierges blanchissent parce que la température de l’eau les tue. »

Hughes souligne que les plus grandes menaces qui pèsent sur les récifs restent la hausse des températures, la pollution côtière et la surpêche. Changer d’écran solaire pourrait ne pas faire grand-chose pour protéger les récifs coralliens, selon Mme Hughes. « Il est ironique que les gens changent de crème solaire et prennent l’avion de New York à Miami pour aller à la plage », dit-il. « La plupart des touristes sont heureux d’utiliser une autre marque de crème solaire, mais pas de prendre moins l’avion et de réduire les émissions de carbone. »

doi:


Références

  1. Vuckovic, D. et al. Science 376, 644-648 (2022).

PubMed Article Google Scholar

  1. Watkins, Y. S. D. & Sallach, J. B. Environ. Assess. Manag. 17, 967-981 (2021).

PubMed Article Google Scholar


Lire plus d’articles connexes Quels sont les ingrédients des écrans solaires qui sont nocifs ? L’oxybenzone est l’un de ces… dans la même catégorie

Nous sommes un petit groupe de passionnés qui écrivons des articles dentaires depuis quelques années. Nous croyons qu’une bonne santé bucco-dentaire est la clé d’une vie heureuse et saine. Notre objectif est de fournir des informations précises et à jour sur tous les aspects de la dentisterie afin que nos lecteurs puissent prendre des décisions éclairées concernant leur santé bucco-dentaire.
Nous savons que le choix d’un dentiste ou d’un traitement dentaire peut être écrasant, mais nous espérons que nos articles contribueront à rendre le processus un peu plus facile.
Catégories principales

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button