Cabinet dentaire

les étapes successives de leur extraction

les étapes successives de leur extraction – Nouvelle mise à jour 2023

Nous sommes un petit groupe de professionnels dentaires passionnés qui écrivons des articles pour le public depuis plus de 10 ans. Notre mission est de fournir des informations précises et à jour sur la santé bucco-dentaire afin que les gens puissent prendre des décisions éclairées concernant leurs soins dentaires.
Nous savons qu’une excellente santé bucco-dentaire est essentielle pour la santé et le bien-être en général, et nous nous engageons à aider nos lecteurs à atteindre et à maintenir des dents et des gencives saines.

Les dents de sagesse. Rien que d’entendre leur nom, ça fait mal. On pense « abcès », « douleur », « se les faire arracher ».

On pense aux joues de hamster, qui vont nous obliger à rester cloîtrer trois jours à bouffer liquide et à cracher le sang. D’autres y sont passés avant nous. On a bien vu ce que ça donnait. Et on n’a pas du tout envie de leur emboîter le pas, non merci.

 

« On va vous les retirer »

Sur les 32 dents qui composent la dentition, les dents de sagesse sont les dernières à sortir. (On s’en serait bien passé).

Vers 17, 18 ans, ça gonfle au fond des gencives. Leurs racines sont déjà formées.

Et c’est dans la douleur (et parfois dans le pus) qu’elles débarquent un beau matin comme par enchantement, alors qu’on ne les attendait pas.

C’est souvent à ce moment-là que la sanction tombe comme un couperet : « on va vous les retirer ».

On sait alors que, quoiqu’on fasse, on aura droit au bistouri dans les dents et que le prochain cracheur de sang sera nous, avec, en prime, la joie d’avoir les joues gonflées comme celles d’un hamster.

Mais quand même, un tel statut se mérite. Pour l’atteindre, il faut entrer dans au moins une de ces catégories :

  • Avoir des infections à répétition et se tordre de douleur.
  • Avoir de super caries sur les dents de sagesse, qu’il n’est pas possible de soigner normalement.
  • Manquer de place sur la gencive : la sortie des dents de sagesse pourrait pousser les autres dents et perturber tout l’ensemble de la dentition. Bonjour alignement disgracieux et dents qui se chevauchent !
  • Avoir des dents de sagesse qui poussent de travers : une radio permet d’éviter la catastrophe à travers des clichés des racines et des germes dentaires. Elle indique à l’avance l’orientation que prendront les dents en sortant.
  • Avoir des dents incluses dans l’os de la mâchoire. Il faut aller les chercher en creusant l’os, et les retirer, parfois après les avoir découpées en petits morceaux.

 

Anesthésie en vue

Qui dit retrait des dents de sagesse, dit anesthésie.shutterstock 1254136219

On ne sait pas trop si c’est une nouvelle qui nous réjouit ou non.

D’un côté, l’anesthésie nous évite de sacrées douleurs. Mais d’un autre côté, elle comporte ses risques et ses effets secondaires.

Aujourd’hui, l’anesthésie locale est privilégiée, ce qui évite le séjour à l’hôpital et permet d’étaler un peu la souffrance. L’intervention a lieu au cabinet dentaire, et elle se fait en plusieurs fois dans le cas par exemple où les quatre dents devraient être extraites.

L’inconvénient, c’est qu’on entend tous les bruits, on sent les vibrations. Et qu’une fois passée la première étape, il faut souvent revenir pour le second round. La deuxième fois, on sait mieux ce qui nous attend.

Parfois, c’est rassurant.

Parfois, c’est effrayant.

Mais si l’intervention s’annonce complexe ou trop douloureuse, ni une, ni deux, direction l’hôpital pour un retrait des dents en 30 minutes à peine sous anesthésie générale. Une bonne fois pour toutes. Et on n’en parle plus.

Courte convalescence

Alors vient l’après. Le moment de la convalescence. Heureusement, celle-ci ne dure pas plus de quelques jours.

Certes, du sang peut s’écouler, mais il suffit d’appliquer une compresse sur la plaie et de mordre dedans pendant 30 minutes pour mettre un terme à ce désagrément.

Certes, les gencives peuvent être douloureuses, mais la prise de médicaments antalgiques devrait vous soulager.

Bains de bouche et nourriture liquide seront au programme des premiers jours suivant l’intervention. Le brossage des dents (sans approcher le fond de la bouche) devra faire son retour sans tarder.

Les antibiotiques vous éviteront les infections post-opératoires.

Et après un à trois jours, le sang ne coulera plus, les douleurs se seront estompées, les joues auront dégonflé.

Les fils tomberont deux à trois semaines plus tard.

Et alors, cette intervention ne sera plus qu’un vague et lointain souvenir.

 

Lire plus d’articles connexes les étapes successives de leur extraction dans la même catégorie

Nous sommes un petit groupe de passionnés qui écrivons des articles dentaires depuis quelques années. Nous croyons qu’une bonne santé bucco-dentaire est la clé d’une vie heureuse et saine. Notre objectif est de fournir des informations précises et à jour sur tous les aspects de la dentisterie afin que nos lecteurs puissent prendre des décisions éclairées concernant leur santé bucco-dentaire.
Nous savons que le choix d’un dentiste ou d’un traitement dentaire peut être écrasant, mais nous espérons que nos articles contribueront à rendre le processus un peu plus facile.
Catégories principales

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button