Cabinet dentaire

La réserve cognitive peut protéger contre les lésions cérébrales

La réserve cognitive peut protéger contre les lésions cérébrales – Nouvelle mise à jour 2023

Nous sommes un petit groupe de professionnels dentaires passionnés qui écrivons des articles pour le public depuis plus de 10 ans. Notre mission est de fournir des informations précises et à jour sur la santé bucco-dentaire afin que les gens puissent prendre des décisions éclairées concernant leurs soins dentaires.
Nous savons qu’une excellente santé bucco-dentaire est essentielle pour la santé et le bien-être en général, et nous nous engageons à aider nos lecteurs à atteindre et à maintenir des dents et des gencives saines.

La proposition de réserve cognitive tente d’expliquer pourquoi, face à la détérioration du cerveau, certains patients présentent plus de symptômes que d’autres. Voulez-vous en savoir plus?

La réserve cognitive peut protéger contre les lésions cérébrales

Dernière mise à jour : 12 octobre, 2022

Et si maintenant on vous disait que vous avez entre les mains la possibilité de « dessiner » votre avenir et de choisir votre qualité de vie ? Cela peut sembler quelque chose d’impossible à concevoir. Cependant, le concept de réserve cognitive est lié à l’idée que les gens peuvent prendre soin de manière proactive de leur santé cérébrale.

Comme l’exposent des recherches publiées dans Neuropsychology, ce concept suggère que cette réserve joue un rôle fondamental dans la prévention des maladies du cerveau telles que la maladie d’Alzheimer. En outre, il intervient également dans son évolution et ses éventuelles complications. Voyons de quoi il s’agit.

La réserve cognitive et son rôle dans les lésions cérébrales

A travers le concept de « réserve cognitive », nous cherchons à expliquer pourquoi deux personnes atteintes de la même neuropathologie présentent des signes cliniques d’intensité différente. Et c’est que celui qui a la meilleure réserve éprouve moins de symptômes – ou plus légers – de démence par rapport à quelqu’un qui l’a “appauvri”.

L’importance de cette hypothèse explicative réside dans le fait que si la réserve cognitive a tout ce potentiel qu’on lui prête comme facteur de protection, elle est également bénéfique lorsqu’il s’agit de prévenir des maladies telles que la maladie d’Alzheimer, les démences, les accidents vasculaires cérébraux, la maladie de Parkinson, entre autres..

Dans ce cas, ceux qui ont une réserve optimale présenteraient des symptômes plus tard et l’ évolution de la maladie serait plus lente. Bien sûr, il ne s’agit pas d’être naïf et de surestimer la capacité de la réserve cognitive pour en faire une « panacée », capable de prévenir toute maladie ou lésion cérébrale.

Même ainsi, nous devons garder à l’esprit que vieillir avec un corps sain et soigné qui suit une routine d’exercice n’est pas la même chose que vieillir avec un corps complètement négligé. Dans une situation d’adversité, les deux réagiront différemment et nécessiteront des mesures de récupération plus ou moins importantes. La même chose se produit avec le cerveau.

Cet organe maître —qui commande la vie— s’il reçoit des stimulations et des soins, il renforce aussi ses circuits neuronaux, son fonctionnement, il reste actif et en formation. De cette façon, il parvient à être mieux préparé aux différentes circonstances.

La réserve cognitive cherche à expliquer la disjonction entre le degré d’atteinte ou de pathologie cérébrale et ses manifestations cliniques.

Modèles explicatifs sur la réserve cognitive

Comme toute théorie scientifique, la réserve cognitive a été abordée à partir de différentes approches. Il y a même des postulats en faveur et il y a d’autres détracteurs, qui considèrent qu’il s’agit de créer un nouveau concept pour expliquer des faits déjà connus.

Par exemple, certains experts soulignent qu’il s’agit de la fameuse « plasticité cérébrale », qui fait référence à la capacité du cerveau à s’adapter, à être flexible et à recréer de nouvelles façons de faire.

D’autre part, il existe également certaines difficultés méthodologiques pour corroborer l’hypothèse, étant donné que des études rétrospectives et transversales sont nécessaires. De manière générale, les modèles explicatifs s’articulent autour de deux propositions.

Modèles de réservation préalable

Aussi appelés “modèles passifs”. Il fait référence à l’activité de réseaux préexistants afin que le cerveau ou ses zones endommagées continuent de fonctionner après avoir subi des dommages.

Modèles de rémunération

Il y a ceux qui les appellent des « modèles actifs ». Il explique qu’après avoir subi des dommages neuronaux, le cerveau se réorganise, choisissant et utilisant différents circuits neuronaux, dans le but de maintenir l’équilibre et de compenser les dommages existants.

En d’autres termes, le cerveau passe par différents chemins pour essayer de se reproduire et arriver au même résultat, puisque le chemin d’origine est entravé.

Dans ce modèle, on parle de rémunération car les mécanismes ou stratégies mis en œuvre n’optimisent ni n’améliorent la performance, mais la rendent possible. Autrement dit, s’il n’était pas compensé, la performance ou la fonction cérébrale serait diminuée.

Il est à noter que, pour les spécialistes, ce sont des modèles qui ne sont pas forcément exclusifs.



Comment enrichir la réserve cognitive ?

Il existe différentes activités pour développer un « cerveau résilient ». Étant donné que la réserve cognitive implique dynamisme et activité, elle comprend également des facteurs culturels, sociaux et physiques, entre autres.

Par exemple, dans les domaines culturels, le rôle de l’éducation et de l’alphabétisation ressort. Les personnes plus éduquées, qui passent du temps à étudier, à lire, à écrire ou à parler deux langues ou plus sont présumées avoir une réserve cognitive précieuse.

Voyons ensuite quelques activités qui renforcent ladite réserve :

  • Établissez des relations sociales, parlez de différents sujets et connectez-vous avec des personnes qui pensent différemment.
  • Faire de l’exercice et du sport.
  • avoir un passe -temps
  • Reposez-vous et dormez bien.
  • Maintenez une alimentation saine.
  • Évitez l’usage de drogues, de tabac, d’alcool.
  • Apprendre de nouvelles choses, comme une langue, un instrument de musique, des sports, etc.
  • Effectuez la même activité d’une manière différente. Par exemple, si vous utilisez toujours votre main droite pour verser un verre, utilisez votre main gauche.

En résumé, vous pouvez voir à quel point les activités proposées pour consolider la réserve cognitive sont simples et variées.

L’entraînement de l’esprit par la lecture, l’écriture, l’apprentissage d’une nouvelle langue, entre autres, sont des moyens de préserver la réserve cognitive.


Évitez les approches simplistes

Au-delà des modèles explicatifs et de leurs positions, s’il y a quelque chose que la réserve cognitive peut nous apprendre, c’est l’idée de complexité, de réseau et de connexions. Des parties qui composent le tout.

Encore une fois, il ne s’agit pas de réduire ou de simplifier des propositions multifactorielles et très complexes. Cela dit, lorsque des niveaux d’éducation plus élevés sont associés à une réserve cognitive plus élevée, les problèmes contextuels doivent également être pris en compte.

En ce sens, accéder à l’alphabétisation et se consacrer à l’étude nécessite certaines conditions matérielles et un statut socio-économique, ce qui réduit à son tour l’exposition à d’autres facteurs de risque ou nuisibles.

En d’autres termes, ces personnes pourraient bénéficier d’une hygiène de vie plus saine, ce qui a un impact en termes de soin ou de maintien de la réserve cognitive. Par conséquent, l’environnement joue également un rôle fondamental dans la “façonnage” des circonstances de la vie.

Lire plus d'articles connexes La réserve cognitive peut protéger contre les lésions cérébrales dans la même catégorie

Nous sommes un petit groupe de passionnés qui écrivons des articles dentaires depuis quelques années. Nous croyons qu'une bonne santé bucco-dentaire est la clé d'une vie heureuse et saine. Notre objectif est de fournir des informations précises et à jour sur tous les aspects de la dentisterie afin que nos lecteurs puissent prendre des décisions éclairées concernant leur santé bucco-dentaire.
Nous savons que le choix d'un dentiste ou d'un traitement dentaire peut être écrasant, mais nous espérons que nos articles contribueront à rendre le processus un peu plus facile.
Catégories principales

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button