Cabinet dentaire

La Diversification Menée par l’Enfant : testée et adorée par maman et bébé

La Diversification Menée par l’Enfant : testée et adorée par maman et bébé – Nouvelle mise à jour 2023

Nous sommes un petit groupe de professionnels dentaires passionnés qui écrivons des articles pour le public depuis plus de 10 ans. Notre mission est de fournir des informations précises et à jour sur la santé bucco-dentaire afin que les gens puissent prendre des décisions éclairées concernant leurs soins dentaires.
Nous savons qu’une excellente santé bucco-dentaire est essentielle pour la santé et le bien-être en général, et nous nous engageons à aider nos lecteurs à atteindre et à maintenir des dents et des gencives saines.

La diversification alimentaire menée par l’enfant ou DME, ça vous dit quelque chose ? Il y a quelques années, on en n’entendait à peine parler… Aujourd’hui, la Diversification alimentaire Menée par l’Enfant est devenue beaucoup plus fréquente. Alors, qu’avons-nous à y gagner ? Quand et comment commencer ? Comment bien s’y prendre ? Et d’ailleurs, est-ce que laisser bébé découvrir à son rythme n’est pas un premier pas dans une éducation positive respectueuse de l’enfant ? Mon amie Julie, maman de deux enfants (Louis, 6 ans et Maëlle,10 mois) nous raconte son expérience.

La Diversification Menée par l’Enfant ou DME, qu’est-ce que c’est ?

En fait, la DME consiste à proposer à l’enfant d’expérimenter cette nouvelle alimentation à son rythme, sans forcément passer par l’étape purée et compote. On lui propose ainsi de commencer, à partir de 6 mois, par des aliments cuits en morceaux, légumes ou fruits, dont il va se saisir à la main et qu’il va machouiller selon ses capacités. Et si vous souhaitez introduire tout en douceur d’autres aliments que l’allaitement maternel ou le biberon avant 6 mois, vous pouvez opter pour les purées et les compotes puis basculer, le moment venu, en DME. 

À la différence de la version écrasée donnée à la cuillère, Bébé va donc pouvoir utiliser tous ses sens y compris le toucher souvent laissé de côté dans la diversification par “souci de propreté”. Ainsi, toucher, goût, vue, odorat sont stimulés. Au passage, il va pouvoir profiter de l’occasion pour développer sa motricité fine afin d’attraper, puis porter à sa bouche et mâcher.

Les freins et dangers de la DME à la loupe

La DME c’est risqué ?

Avant d’en discuter plus avant avec le pédiatre, j’étais un peu réticente, en particulier en me disant que ma puce ne saurait pas forcément faire, et qu’il y avait des risques de fausses routes ou d’étouffements. 

En fait, on peut commencer la DME à partir de l’âge de 6 mois quand bébé est capable de se tenir bien assis, le dos droit. Il faudra également veiller à ce qu’il ait une bonne mobilité de la tête et qu’il soit en mesure de porter facilement sa main à sa bouche. En plus de ces pré-requis, on privilégiera un repas dans le calme et avec l’attention constante et attentive du parent. (Voir les recommandations tout de suite👇). 

Sachez aussi qu’un bébé qui commence à manger peut avoir un réflexe nauséeux (ou gag reflex) : c’est un réflexe naturel impressionnant, mais bien utile pour protéger les voies respiratoires. Ce réflexe nauséeux n’est pas à confondre avec une fausse route ou un étouffement, qui sont, heureusement, assez rares (et surtout pas plus nombreux qu’en diversification classique).

Bébé mange-t-il suffisamment ?

Avant de commencer, j’avais également peur que ma fille ne mange pas assez. En fait, l’aspect quantité n’est pas un point primordial, car les besoins nutritionnels sont comblés par le lait (lait maternel ou lait infantile) qui reste l’apport principal à cet âge. La diversification a donc “seulement” pour objet d’initier l’enfant aux goûts et aux textures pour lui donner le plaisir de manger de bons produits. Au fil du temps, l’apport lacté va naturellement décroitre au profit des aliments solides. 

Carnage en cuisine

Autre frein possible, j’imaginais bébé, armé de fraise ou de brocolis, repeignant allègrement table et sol en écrasant sa nourriture un peu partout. Après réflexion, et une fois ayant objectivement réactivé mes souvenirs, il est évident qu’un brocolis écrasé n’est, au final, que l’équivalent de la purée tartinée sous la chaise ou autour de l’assiette. (Et sans compter la pulvérisation bien maîtrisée de mon grand lorsque je lui proposais une purée qui n’était plus à son goût !) ☔ 😅
Par contre, n’hésitons pas à investir dans une assiette à ventouse pour éviter de voir voler la vaisselle.

Ça va durer des heures !

Par ailleurs, si j’avais peur au début que cela prenne du temps, ce qui est forcément le cas dans un premier temps, je me suis rendu compte que le calcul était assez vite positif. Finalement, une fois les débuts passés, les gestes affinés et l’aspect sécurité apprivoisé, cela demande finalement moins de temps de préparation que les bons petits pots préparés maison pour mon grand. Certes, si les premiers repas prennent plus de 30 minutes pour trois malheureux morceaux d’asperges 😩, en grandissant, les gestes de bébé s’affirment rapidement. Il gagne alors en autonomie et le temps de repas diminue. Finalement, cela nous évite de nous retrouver bloqués en mode “distributeur de cuillère”.

Comment se déroule la diversification alimentaire menée par l’enfant ?

Voici 6 recommandations pour une diversification alimentaire réussie 😉.

Recommandation°1 de la DME : vérifier le top départ avec le pédiatre  

C’est notre pédiatre qui nous a donné le feu vert pour commencer la DME. Cela se passe à partir de 6 mois, mais l’âge n’est pas le seul critère pour débuter en toute sécurité. En effet, il est important de vérifier que l’enfant peut se tenir assis le dos droit sur une chaise haute et qu’il ait une bonne mobilité de la tête afin d’éviter les risques de fausses routes et d’étouffements. Enfin, on veillera à ne pas attacher son bébé au niveau des épaules mais simplement à la taille pour qu’il puisse facilement décoller son dos du dossier de la chaise et recracher un aliment qui ne conviendrait pas.

Recommandation°2 de la DME : s’installer dans le calme

Pour entamer la diversification alimentaire, le pédiatre nous a conseillé de le faire dans un moment au calme. On évite toute source de distraction (le chat qui passe, la télé en fond sonore, etc.) afin que l’enfant puisse se concentrer sur ses gestes et ce qui lui est proposé. Il est donc recommandé de privilégier le midi ou le goûter de l’après-midi, quand l’enfant n’est pas trop fatigué.

Recommandation°3 de la DME : commencer à la maison 

Dans l’idéal, la Diversification Menée par l’Enfant est à commencer par les parents à la maison, et non par une assistante maternelle en crèche ou chez nounou. Mais forcément, le combo âge de la diversification – congé parental n’est pas forcément compatible 😞. Donc sauf à prolonger le congé maternité, ça n’est pas toujours évident. Mais un enfant qui aime manger des morceaux en autonomie pourra aussi bien apprécier des purées ou compotes par ailleurs, même donnée à la cuillère par un autre adulte. L’un n’empêche pas l’autre.

Recommandation n°4 de la DME : proposer des aliments variés

Contrairement à ce que je croyais, les recommandations ont évolué. Il est maintenant recommandé de proposer toutes les catégories d’aliments dès le début de la diversification alimentaire : légumes, fruits, viandes, poissons, œufs, légumineuses, féculents…etc. Enfilez votre tablier et votre toque, vous allez pouvoir vous faire plaisir en cuisine !

Mais rien ne presse, l’idée n’est pas de tout proposer lors du même repas, mais bien de présenter les aliments progressivement pour que bébé prenne le temps de les découvrir. 

Recommandation°5 de la DME : préparer des morceaux faciles à attraper 

Chose importante : les morceaux doivent être relativement “gros” c’est-à-dire de la taille du poing fermé (de bébé) ou de la longueur de l’index d’un adulte, et être suffisamment fondants. Vous n’êtes pas sûr de la texture ? Faites le test ! Le morceau doit pouvoir s’écraser facilement entre votre pouce et votre index. Bébé va, dans un premier temps, écraser les morceaux avec sa langue contre son palais, puis va apprendre à mastiquer et à mâcher avec ses gencives, en attendant l’arrivée des premières dents. 

Recommandation°6 de la DME : garder un œil attentif (voire deux)

Ici, tout est question d’équilibre : il faut s’empêcher de “l’aider” afin de lui permettre de prendre confiance en ses gestes tout en gardant une surveillance attentive pour intervenir en cas de fausses routes ou d’étouffements (très rares, rappelons-le).

Alors, quels sont les avantages de la DME ?

Avec du recul, et en ayant pu comparer les deux modes de diversification grâce à mes deux enfants, j’avoue que je plaide en faveur de la Diversification Menée par l’Enfant. OK, le sol n’est pas toujours net (euh, ben en fait ni dans un cas ni dans l’autre), mais voilà ce qui me plaît :

  • Côté pratique, c’est un gain de temps à moyen terme. J’entends déjà les mauvaises langues dire “Ah oui, vraiment ? Avec un bébé qui met une demi-heure à becter trois malheureux bouts d’asperge ?” Sauf qu’en fait oui, parce qu’au lieu de cuisiner des petites purées mitonnées, la préparation des repas est beaucoup plus rapide.
    D’autre part, une fois que bébé maîtrise ses gestes et sa mastication, il est beaucoup plus autonome. Et inutile de passer des heures à faire l’avion pour enfourner une pauvre cuillère de purée. (Retrouvez aussi les 7 secrets des crèches pour faire manger nos enfants et  les bonnes réactions face à un enfant qui refuse de manger).
  • Autre aspect (non négligeable), le moment du repas ne devient pas un bras de fer avec les enfants. 
  • Enfin, certaines études suggèrent qu’en introduisant des morceaux entiers tôt dans l’alimentation, cela permettrait d’éviter les troubles du comportement alimentaire du petit enfant et permet de traverser plus facilement la période de néophobie alimentaire (quand les repas deviennent compliqués !).

Pour conclure, moi qui suis “branchée éducation positive”, ce que j’aime dans la Diversification Menée par l’Enfant, c’est que l’on considère l’enfant comme un individu à part entière. On fait confiance dans la capacité de l’enfant à faire par lui-même, tout en respectant ses possibilités bien sûr. Certes, l’alimentation est en partie une question de goûts, mais aussi une question de curiosité et d’envie de découverte à travers les 5 sens. Donc, ouvrons leurs horizons et faisons confiance en leur envie de découvrir…

D’ailleurs, dans le prolongement de cet article, sachez que nous vous avons concocté un dossier pour gérer les premières années de bébé avec plus de sérénité, n’hésitez pas à télécharger votre « PACK spécial bébé » : avec tous nos conseils pour gérer les premières séparations, colères, interdits, etc. ! Quelques pleurs et stress en moins, cela fait du bien 🙂

Et si vous souhaitez vous lancer dans la grande aventure de la DME, on vous partage notre compte Instagram préféré : @theminuskitchen !

Lire plus d’articles connexes La Diversification Menée par l’Enfant : testée et adorée par maman et bébé dans la même catégorie

Nous sommes un petit groupe de passionnés qui écrivons des articles dentaires depuis quelques années. Nous croyons qu’une bonne santé bucco-dentaire est la clé d’une vie heureuse et saine. Notre objectif est de fournir des informations précises et à jour sur tous les aspects de la dentisterie afin que nos lecteurs puissent prendre des décisions éclairées concernant leur santé bucco-dentaire.
Nous savons que le choix d’un dentiste ou d’un traitement dentaire peut être écrasant, mais nous espérons que nos articles contribueront à rendre le processus un peu plus facile.
Catégories principales

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button